CONTACTEZ NOUS

Voici déjà 4 épisodes que vous suivez Walter Nance sur les voies de l’alternance. Il est temps de faire un point d’étape : un petit quizz vrai/faux devrait nous aider !

L’alternance est une voie de garage pour les mauvais élèves.

FAUX

Les cursus en alternance ont longtemps eu une image de formations « au rabais », de voie de garage pour mauvais élèves. Dans les faits, l’alternance s’adresse à des jeunes motivés, attirés par le monde de l’entreprise et prêts à s’investir à 100 %. En contrat d’apprentissage comme en contrat de professionnalisation, tu dois t’attendre à travailler beaucoup. La contrepartie non négligeable de tes efforts se trouve dans le fait que tu ne paies pas ta formation, tu perçois un salaire, tout en te forgeant une solide expérience professionnelle que tu peux ensuite valoriser sur le marché de l’emploi.

 

Les diplômes préparés en alternance sont moins reconnus.

FAUX

Les diplômes, qu’ils soient préparés en alternance dans le cadre d’un contrat de professionnalisation ou d’apprentissage ou sous statut scolaire, sont exactement les mêmes et ont la même valeur. Les matières étudiées, les coefficients des épreuves et les compétences à acquérir sont identiques.

 

Avant de commencer une formation en alternance, je dois trouver une entreprise.

VRAI

Tu dois effectivement d’abord trouver une entreprise d’accueil, mais aussi trouver une formation qui t’intéresse. L’un ne va pas sans l’autre. Il faut commencer ses recherches de formation et d’entreprise dès le printemps pour la rentrée suivante.

 

En alternance, on ne peut préparer que des CAP et des BACS PRO.

FAUX

La majorité des diplômes est accessible en alternance, depuis les diplômes nationaux, tels le CAP (certificat d’aptitude professionnelle) ou le BTS (brevet de technicien supérieur), jusqu’aux diplômes des écoles d’ingénieurs et de management, en passant par les diplômes d’État délivrés par les ministères de l’Agriculture, des Sports, de la Santé, par des chambres consulaires, des écoles professionnelles ou les titres enregistrés au RNCP (Répertoire national des certifications professionnelles)
Les alternants obtiendront des diplômes identiques à ceux qui sont délivrés en formation scolaire à temps plein. Seule la façon de les préparer diffère, avec des séjours (temps de présence) en entreprise et des périodes en centre de formation.

 

L’alternance, c’est surtout pour les métiers manuels.

VRAI et FAUX

Aujourd’hui, toutes les filières sont accessibles en alternance, du CAP jusqu’au Bac+5. S’il y a une tradition pour les métiers dits manuels notamment en apprentissage, il s’est fortement développé depuis 10 ans dans les métiers tertiaires : les contrats en alternance, contrat de professionnalisation ou d’apprentissage sont ouverts aux diplômes de l’enseignement supérieur. Il est aujourd’hui possible de devenir commercial, chargé de recrutement, journaliste ou informaticien, en préparant une formation en alternance.

 

Seules l’hôtellerie et l’industrie recrutent en alternance.

FAUX

Les secteurs qui intègrent le plus grand nombre de jeunes en contrat d’alternance sont aussi, souvent, ceux qui recrutent le plus de jeunes diplômés. Assurance, banque, informatique, énergie, distribution, logistique embauchent surtout des alternants du supérieur. Le bâtiment, l’artisanat, l’agroalimentaire et l’hôtellerie-restauration sont les secteurs les plus demandeurs pour les diplômes de niveau CAP, bac pro et BTS.

 

Seuls les artisans et les PME prennent des alternants.

FAUX

Les grandes entreprises, tous secteurs confondus, prennent aussi des apprentis et en sont même friandes ! Elles organisent d’ailleurs de grandes campagnes de recrutement une à deux fois par an pour les trouver.

 

En alternance, le rythme est difficile à tenir.

VRAI

Une formation en alternance ne laisse pas beaucoup de temps pour souffler. Aux périodes passées en centre de formation succèdent celles en entreprise sur un rythme hebdomadaire de trente-cinq heures. Quand l’organisme de formation ferme ses portes durant les vacances scolaires, le travail en entreprise prend le relais. Tenir le rythme sur la durée n’est pas évident : en période d’examens, se remettre à ses devoirs quand on rentre d’une journée de travail est difficile mais nécessaire. Mieux vaut en avoir conscience avant de s’engager.

 

Les frais de scolarité sont à la charge de l’alternant.

FAUX

Les frais de formation sont pris en charge par l’entreprise via son OPCO, un organisme auquel l’entreprise cotise en fonction de sa masse salariale qui gère les fonds mutualisés de l’alternance. Cela signifie généralement que les coûts de formation en alternance sont gratuits.
Attention cependant : si la gratuité va de soit dans la plupart des cas, le code du travail ne la rend pas obligatoire. Certaines écoles peuvent donc en profiter pour te demander quelques frais à régler ici ou là. Les contrats de professionnalisation seraient les plus concernés. La grande majorité des centres de formations en alternance ne demandent ni frais d’inscriptions, ni frais de dossier, ni frais de scolarité. Préfère-les donc à ceux qui t’en demandent. Si certaines te vendent des techniques pour trouver des contrats plus facilement, refuse et adresse-toi aux structures comme le réseau des Greta d’Auvergne qui t’accompagnent dans ta recherche sans exiger de frais d’inscriptions ou de frais de dossiers !

 

Un alternant n’est pas obligatoirement rémunéré

FAUX

Le contrat en alternance, contrat de professionnalisation ou d’apprentissage donne droit à une rémunération calculée selon un pourcentage du SMIC. Ce pourcentage dépend de l’âge de l’alternant, et du type de contrat et de la durée pour le contrat d’apprentissage). Pour en savoir plus, voir l’épisode 3, Une formule qui paye !

 

En tant qu’alternant, tu as droit aux mêmes vacances que les autres étudiants.

FAUX

Il y a beaucoup d’avantages à être un alternant. Néanmoins, il faut savoir que lorsque les autres étudiants sont en vacances scolaires, l’alternant en contrat d’apprentissage ou de professionnalisation ne peut pas en bénéficier. Quand les autres étudiants ont 16 semaines de vacances, tu as 5 semaines de congés puisque tu as le statut de salarié et tu dois avoir accumulé un an d’ancienneté dans la société avant de pouvoir bénéficier de toutes ses vacances : les règles sont les mêmes pour tout salarié qui débute dans un nouvel emploi. Dès le premier jour de ton contrat, tu seras salarié(e) d’une entreprise ; en formation, certes, mais salarié(e) à part entière, avec des droits… et des devoirs. Pas question de sécher le travail ou les cours !

 

L’organisation est la première qualité indispensable pour un alternant.

VRAI

Si tu débutes un contrat en alternance, tu vas devoir jongler entre tes cours, l’entreprise pour laquelle tu travailles et la préparation de ton diplôme. Tu devras apprendre à tout gérer de front sans rien mettre de côté. Par exemple, au niveau des cours, il faudra bien savoir quand et comment réviser, car tu n’auras peut-être pas l’occasion de réviser à fond avant les examens à cause de tes horaires de travail. Si tu fais des projets en cours, tu devras t’organiser pour bien avancer. Si tu travailles au contact de clients dans ton entreprise, il faudra organiser ton agenda et tes rencontres en fonction de tes cours. Si tu travailles en équipe, tu devras te tenir au courant de tout ce qui a pu se dérouler pendant la semaine où tu étais en formation. Rigueur et organisation sont donc nécessaires.

 

Après une formation en alternance, l’employeur n’est pas obligé de te proposer un poste.

VRAI

À la fin de ton contrat en alternance, ton patron n’a aucune obligation envers toi. C’est pour cette raison que certains employeurs peuvent être tentés d’abuser des contrats d’apprentissage et de professionnalisation. L’alternance n’est donc pas la “solution miracle” pour lutter contre le chômage des jeunes. Pour autant, les taux d’insertion des alternants permettent de rester optimiste et tu peux de toute façon valoriser une expérience professionnelle qui constituera un vrai plus pour trouver un emploi.

 

Si l’entreprise ne t’engage pas à l’issue de la formation en alternance, tu touches le chômage.

VRAI

À la fin de ton contrat, si tu n’es pas embauché(e) dans l’entreprise ou si tu ne trouves pas immédiatement un travail, tu es considéré(e) comme un(e) salarié(e) sans emploi et tu peux bénéficier d’une allocation chômage, qui sera proportionnelle au salaire perçu.

 

CONTACTEZ NOUS

Pour tout savoir sur l’alternance, retrouvez les autres épisodes de Walter Nance déjà parus ci-dessous !

L’alternance, une histoire de choix !
L’alternance, une histoire de contrats !
L’alternance, une formule qui paye !
Choisis ta voie !
Alternance, par quoi je commence ?
L’alternance, la formule pour grandir plus vite
Lance toi !
L’alternance, prépare tes outils !
Ouvre-moi ta porte
Des arguments pour convaincre
Paroles d’expert
Les plus du Réseau des GRETA
Quand les chiffres s’en mêlent !